• Les Cisterciens et les Trappistes

    Les Cisterciens

    La famille cistercienne, c'est-à-dire l'ensemble des monastères se rattachant à l’abbaye de Cîteaux, est nombreuse et diversifiée, l'histoire ayant amené des évolutions, des réformes, des différences de coutumes et d'adaptations. De plus, des communautés nouvellement formées ont voulu ou veulent s'y rattacher. Actuellement, des laïcs demandent une certaine forme d'affiliation. Les Cisterciens, vêtus de blanc et de noir, vivent dans la solitude et l'austérité, observant des périodes de silence et privilégiant le travail manuel et la vie intellectuelle.

    L'ORDRE CISTERCIEN

    Héritier du premier monastère de Cîteaux par des abbayes prestigieuses, l'Ordre cistercien comprend des monastères de coutumes et de modes de vie assez divers : abbaye principale avec prieurés dépendants, abbayes autonomes ; vie entièrement claustrale, ou comportant des activités pastorales comme l’enseignement ou la gestion de paroisses. La plupart du temps, ces abbayes n'ont pas eu à souffrir des destructions de la Révolution. L’Ordre cistercien regroupe 13 congrégations masculines – dont 8 ont une branche féminine – ayant leurs statuts propres. Les abbayes de moniales sont réunies en fédérations (en Espagne et en Italie) ou ont un régime particulier.

    La majorité des abbayes sont situées en Europe, essentiellement dans les pays germaniques, en Italie et en Espagne, mais il faut noter une congrégation de moines en Ethiopie, une autre de moniales en Bolivie.

    L'ORDRE CISTERCIEN DE LA STRICTE OBSERVANCE

    Aujourd'hui l'Ordre cistercien de la Stricte Observance, formé de deux branches, l'une masculine, l'autre féminine, compte 2512 moines et 1876 moniales répartis en une centaine de communautés pour les moines et environ septante communautés pour les moniales, dans le monde entier. On observe une diminution des membres et une augmentation du nombre des communautés en dehors de l'Europe, avec de nombreuses fondations, particulièrement chez les moniales.

    L'Ordre est gouverné par les deux chapitres généraux des abbés et des abbesses, qui sont indépendants mais qui se réunissent en même temps et dont la majorité des sessions sont en commun.

    L'Abbé Général, actuellement Dom Bernardo Olivera, un argentin, pôle d'unité pour tout l'Ordre, est assisté à Rome d'un conseil général mixte avec des représentants et représentantes des grandes régions culturelles de l'Ordre et non plus seulement linguistiques comme auparavant.

    Cette structure de l'Ordre reste centralisée. L'évolution actuelle tend à la parité entre moines et moniales qui se traduit parfois, outre les chapitres généraux, par des visites régulières avec un abbé et une abbesse, aussi bien dans des monastères de moines que de moniales.

    A la fin du dix-neuvième siècle, les trois congrégations marquées par la réforme de la Trappe, se regroupaient pour former l'Ordre cistercien de la Stricte Observance. Cette « naissance », qui n'a pas été facile, a été interprétée de diverses manières. L'Ordre cistercien de la commune Observance, autre grande composante de la famille cistercienne, la concevait comme un schisme. Quant aux Trappistes, ils se percevaient comme les héritiers authentiques de la racine de Cîteaux par leur mode de vie. Ayant repris l'ancien site de Cîteaux, cela ne fit qu'accentuer les divisions.

    LA TRAPPE

    Ordre religieux – Ordre cistercien de la Stricte Observance – issu d'une communauté de Bénédictins [4], le mouvement de la Trappe se caractérise au dix-neuvième siècle et au début du vingtième, par un net retrait du monde, une vie de travail manuel et de prière. La règle en est particulièrement sévère : une vie communautaire marquée par le silence, ou en tout cas par une forte limitation des communications verbales, partagée entre la prière et le travail manuel.

    On y retrouve donc les grands éléments de la réforme cistercienne des origines avec comme marque particulière, une insistance presque exclusive sur la pénitence, les observances, au détriment parfois de la mystique. Une majoration du travail manuel par rapport à l'étude avec un certain a priori anti-intellectuel. Si cela peut représenter un appauvrissement par rapport à « l'humanisme cistercien » du douzième siècle avec les riches expressions esthétiques architecturales et littéraires de sa spiritualité, la vie retirée du monde des « Trappistes » a recréé un environnement, un lieu adapté à un mode de vie contemplatif.

    Une fréquentation plus assidue des Pères cisterciens à partir des années '50 a facilité une réappropriation du patrimoine cistercien ancien, par une vie fraternelle où s'exprime davantage l'échange, par une créativité au plan liturgique, par la recherche d'un environnement simple mais beau. Ces données font que les Trappistes et les Trappistines sont bien des Cisterciens et des Cisterciennes. Après des décennies d'uniformité d'observances, parfois jusqu'à l'aberration, l'inculturation de la vie cistercienne en dehors de l'Europe a complété ce travail de réappropriation. Si le charisme cistercien se caractérise par le fait de faire du neuf à partir de l'ancien on peut dire que l'évolution décrite brièvement ci-dessus va bien dans le sens d'un charisme cistercien renouvelé aujourd'hui, même si les réussites sont loin d'être parfaites.

    LES TRAPPISTES

    Les moines trappistes et les moniales trappistines appartiennent à la famille monastique qui suit le Christ selon la Règle de Saint Benoît, document écrit au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie.

    Le surnom de «Trappiste» provient d’un mouvement de réforme qui a commencé au 17ème siècle, à partir du monastère français, « la Trappe », en Normandie. Les communautés qui suivent cette réforme s’appellent souvent « Trappistes ».

    Les Cisterciens et les Trappistes

    La réforme trappiste s’est inspirée d’un mouvement plus large de réforme qui avait eu lieu dans le monachisme bénédictin il y a 500 ans, au 12ème siècle, à partir du monastère de Cîteaux, près de Dijon.

    Les monastères que suivent cette réforme sont appelés « cisterciens », de Cistercium, traduction latine de Cîteaux. La réforme s’étendit rapidement en Europe sous l’impulsion de Saint Bernard de Clairvaux et compta, à la fin du 13ème siècle, jusqu’à plus de 500 monastères.

    Les Cisterciens et les Trappistes

     

    QUI SONT LES TRAPPISTES ?

    Les moines et les moniales trappistes ont la réputation d’être des personnes silencieuses. D’une façon ou d’une autre, cette réputation, qui a un certain fondement réel, a donné naissance à l’idée que les Trappistes font vœu de silence, ce qui n’a jamais été le cas. Dans le monastère cistercien il y a trois motifs pour parler : la communication utile au travail ou pendant les dialogues communautaires, l’échange spirituel avec les supérieurs ou avec un frère sur des sujets de vie personnelle et la conversation spontanée en des occasions spéciales. Ces motifs pour user de la parole font partie intégrante de la discipline pour maintenir dans le monastère un climat de silence qui constitue un moyen privilégié pour parvenir à la prière continuelle.

    Cependant, le silence est inclus implicitement dans une des promesses faites par tous les Bénédictins et tous les Cisterciens au moment de la profession monastique, cinq ou six ans après l’entrée au monastère. Ils promettent la « conversion », c’est-à-dire, la fidélité à la vie monastique. Un aspect de cette conversion est la discipline pour maintenir un climat de silence qui exige le contrôle de la langue. D’ailleurs, le moine découvre bientôt que parler n’est pas toujours la forme la meilleure de communication, que les paroles sont utilisées fréquemment pour dissimuler. La bienveillance simple, silencieuse et priante communique quelque chose qui va bien au-delà des paroles.

    AUTRES BRANCHES

    La congrégation espagnole des moniales de Saint-Bernard est juridiquement rattachée à l'Ordre cistercien de la Stricte Observance. Par ailleurs, plusieurs communautés de moniales de tradition cistercienne entretiennent un lien spirituel avec l'un des deux ordres, tout en conservant leur autonomie.

     

    Les Cisterciens et les Trappistes

    Les bières trappistes

    L’activité de brassage de l’abbaye de Saint-Rémy

    C'est en 1229 - 1930 que Gilles de Walcourt, seigneur de Rochefort fonde l'abbaye qui s'appelle alors « Secours de Notre-Dame ». En 1792, le Pape Pie VI prononce la sécularisation de l'abbaye. En 1887, la vie monastique reprend ainsi que les activités de brassage pour l’usage personnel des moines.

    La première brasserie de l'abbaye qui utilisait houblon et orge poussés sur ses terres, date de 1595, lorsque Arnould de Maison Neuve restaure les lieux et instaure une activité de brassage.

    La brasserie moderne fonctionne depuis 1907 mais la commercialisation de la bière a débuté plus tard car le bâtiment actuel et les installations les plus récentes datent de 1960.

    Les Cisterciens et les Trappistes

    Interdite aux visiteurs, la brasserie fonctionne dans la Stricte Observance des règles :

    • la liturgie étant célébrée à 7 heures du matin, le brassage commence dès 3 heures 30. Pendant la montée de température et les pauses, les moines peuvent lire et prier sur leur lieu de travail, comme les y autorise la règle de Saint-Benoît ;
    • à midi, le moût est filtré, centrifugé à chaud puis refroidi, pour être conduit à la fermentation vers 5 heures ;
    • la fermentation commence dans la soirée et ne dure que quelques jours.

    La production est de plus de 200 hectolitres par semaine soit 10 000 hectolitres par an. Elle comprend uniquement trois riches bières brunes typiques, d'une même catégorie de base mais de plus en plus fortes, allant de 6 (7,5 %) à 8 (9,2 %) et 10 (11,3 %), et qui portent le nom de leur degré d'alcool.

    Les Cisterciens et les Trappistes

    Bières trappistes ou bières d'abbayes ?

    Dès le Moyen Age, deux ordres monastiques connaissaient une intense activité de brassage : les Bénédictins et les Cisterciens.

    Après la révolution, seuls les Trappistes – Cisterciens de Stricte Observance – ont repris le brassage en Belgique et en Hollande.

    Devant le succès de leurs bières et des contrefaçons, les moines ont été conduits à se protéger. Un jugement rendu à Gand en février 1962 a fixé les règles de la dénomination « trappiste ».

    Celle-ci « désigne une bière appartenant à l'ordre des Trappistes ou par des personnes qui auraient obtenu à cet effet l'autorisation de cet ordre. Est donc dénommée « trappiste » une bière fabriquée par des moines cisterciens et non une bière dans le style trappiste, qui sera plutôt appelée « bière d'abbaye »... »

    En d’autres termes, les bières trappistes sont produites par ou sous contrôle des moines appartenant à des abbayes de l'Ordre cistercien réformé de la Stricte Observance, également appelés « Trappistes » en raison de la célèbre abbaye Notre Dame de la Grande Trappe, située à Soligny dans l'Orne (France).

    De ce fait, il n'existe que six brasseries trappistes dont cinq en Belgique :

    • la Chimay,
    • l'Orval,
    • la Saint-Sixtus,
    • la Westmalle
    • et la Rochefort.
     

    Les Cisterciens et les Trappistes

     

     

     

     

    Les Cisterciens et les Trappistes

     

     

     

    Définition

    Techniquement, les trappistes sont des bières de fermentation haute dont l'eau, puisée sur place, est non traitée. Les moines utilisent 95% de malt ambré à forte teneur en azote, dont dépend le bouquet de la bière, et 5% de malt caramélisé ou torréfié qui en corse le goût et en renforce la couleur.

    La bière est fortement houblonnée avec des chaudières à feu direct, ce qui donne un arôme très particulier.

    La fermentation dure de cinq à sept jours et le gaz carbonique n'est pas récupéré, ce qui fait la principale caractéristique de cette fabrication.

    Au moment de la mise en bouteille, la bière limpide, filtrée, oxygénée et refroidie, contient encore un certain pourcentage de sucre.

    Le brasseur en rajoute et injecte une dose de levure fraîche dans chaque bouteille : ainsi la bière va refermenter en bouteille, acquérir son bouquet définitif et se saturer naturellement en gaz carbonique.

    Elle ne sera pas commercialisée avant un temps de garde important en chambre tempérée, de deux semaines à deux mois.

    Les bières trappistes sont donc foncées, assez fortes, nécessairement livrées en bouteilles. Elles sont nourrissantes. Un dépôt peut provenir de la lie des levures, d'où la nécessité de conserver les bouteilles verticalement une à deux semaines avant de les servir. Les vrais amateurs boiront séparément le fond de levure avec un peu de bière.

    La Rochefort

    Les Cisterciens et les Trappistes

    La Trappiste de Rochefort est une bière brune de fermentation haute. Elle est brassée et soutirée dans l’enceinte de l’Abbaye Saint-Rémy à Rochefort. Les dimensions modeste de la brasserie permettent aux moines trappistes et à leurs collaborateurs une parfaite maîtrise de la fabrication. Son caractère artisanal est spécialement apprécié des fins dégustateurs !

    Cette bière n’est constituée que de produits naturels : eau de source, malt, houblon, sucre. La levure en assure la fermentation. Refermentée en bouteille, la trappiste de Rochefort libère toute sa saveur lorsqu’elle est servie dans son verre d’origine et à une température de 12 à 14 degrés mais il y a aussi des amateurs pour la déguster à 15 ou 16°C.

    Seuls les produits fabriqués au sein d’une abbaye trappiste, sous la vigilance de la communauté qui y vit, ont le droit de porter le label d’authenticité trappiste. Cette appellation est rigoureusement contrôlée.

    Jusqu'à récemment, les bouteilles ne portaient pas d'étiquette et étaient identifiées par la couleur de la capsule, rouge (6°), verte (8°) et bleue (10°) :

     

    Les Cisterciens et les Trappistes

     

     Les Cisterciens et les Trappistes

     Les Cisterciens et les Trappistes

     

    La plus légère et la plus sèche, la 6°, ne se vend que localement ; elle a une couleur pain d’épice, une mousse légère et fine, un arôme bien houblonné et une rondeur caractéristique.

     

     

    Puissamment fruitée, complexe, remarquable par son arôme puissant, et d’une riche texture, la 8° est de beaucoup la plus populaire.

     

     

    Bière très ambrée, remarquable de fondu et de puissance aromatique, la 10° est d'une intensité redoutable. Elle a une couleur fauve, capiteuse mais douce, piquante et un peu poivrée, un arôme de réglisse et de prunes mûres, un goût très moelleux, presque oriental.

     

    L'eau provenant des grottes de la colline n'est pas traitée. Le malt provient de l'orge de printemps. De fermentation haute, la bière est centrifugée. Une adjonction de levure fraîche et de sucre cristallisé assure une seconde fermentation en bouteille. La couleur provient du malt caramélisé et du sucre cassonade du premier brassin, le goût est subtilement chocolat.

    Et maintenant, il ne tient plus qu’à vous d’apprécier personnellement la saveur particulière des différentes bières trappistes de Rochefort !

    Des visites exceptionnelles, à ne pas manquer!

    • Organisation : Syndicat d’Initiative.
    • Ouverture : le samedi et le dimanche de 10 h à 17 h.
    • Accueil et commentaires.
    • Renseignements : 084 21 25 37

     

    A. B.

     

     

    [4] établie à l'abbaye de Notre-Dame de la Trappe, fondée par Rotrou III, comte du Perche, en 1140 à Soligny (Orne), rattachée à Cîteaux en 1147, puis réformée en 1664 par Rancé qui y institua la règle de la Stricte Observance.


    votre commentaire
  • Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

    Visite de l’église abbatiale

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

    Le labyrinthe

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ** Visite de l'église abbatiale Saint-Rémy à Rochefort

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photo personnelles

    A. B .

     

     


    votre commentaire
  • L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

     

    L’abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy

    Aspects historiques

    Située rue de l’Abbaye à Rochefort en province de Namur, l’abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy compte déjà sept siècles d’existence. Fondée en 1230 par Gilles de Walcourt, seigneur de Rochefort, cette abbaye de cisterciennes [1] s’appela d’abord « Secours Notre-Dame ». Elle prit progressivement le nom de Saint-Rémy, patron de l’église paroissiale de Falen, petit village aujourd’hui disparu, situé autrefois entre Rochefort et Havrenne, à 1,5 km de l’abbaye Saint-Rémy. Le territoire de ce village comprenait la Cense-au-Bois, les carrières de Saint-Rémy et le Vesty.

    Les moniales furent remplacées par les moines cisterciens de Félipré (Givet) jusqu’à la Révolution française. Supprimée à la Révolution française [2], l’abbaye fut rétablie en 1887 par l’ordre de la Trappe [3].

    Au cours des siècles, elle ne fut pas épargnée par les guerres, pillages, dévastations, incendies. Malgré les épreuves, elle s’est toujours relevée de ses ruines : « Curvata Resurgo » est sa devise.

    En 1787, presque un siècle après la tourmente révolutionnaire, l’abbaye fut restaurée par les Cisterciens - Trappistes qui y firent refleurir la vie monastique. Depuis, elle appartient à l’Ordre cistercien de la Stricte Observance, dénommé « trappiste » en raison de ses liens historiques avec l’Abbaye de la Trappe, en France, et du rôle de celle-ci dans la réforme de l’Ordre cistercien au 17ème siècle.

    Vivant de son travail et puisant en lui la possibilité de soulager de nombreux besoins sociaux, la communauté monastique de Saint-Rémy a choisi d’insérer son activité économique dans le créneau agro-alimentaire. C’est ainsi qu’elle confectionne, depuis des siècles, une bière qui est devenue très réputée. La production en est volontairement limitée. Ce breuvage de haute qualité demande à être dégusté avec sagesse et sobriété. Il est alors en mesure de favoriser partage et amitié. Ce sujet sera envisagé à la fin de cette étude.

    Le monastère ne peut être visité, mais l’église abbatiale est largement accessible à tous ceux qui veulent s’y recueillir. C’est essentiellement à l’église abbatiale que la présente étude est consacrée.

    Fidèle à la vocation contemplative de l’ordre de Cîteaux, le monastère veut rester une oasis de paix, un lieu de silence et de prière dans une vraie communion. 

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    Porterie de l’abbaye Saint-Remy

    Cliché G. Focant, DPat, © MRW

     

    Situé dans la large vallée boisée du Biran, l’ensemble clôturé actuel fut construit en briques et pierre bleue du 16ème au 18ème siècle.

    Démolis au début du 19ème siècle, l’église et le cloître furent remplacés par de nouveaux bâtiments élevés de 1892 à 1900 et de 1952 à 1967 en style néo-gothique.

    Il convient d’observer de l’extérieur :

    • le remarquable porche gothique construit par l’abbé J. de Gand (1524 - 1539) ;
    • la cour d’honneur et les bâtiments qui l’entourent : une gracieuse tourelle de 1668 ;
    • la grange monumentale de 1701 ;
    • l’hôtellerie (1752) ;
    • le moulin (1755) ;
    • la ferme restaurée en 1664 ;
    • le jardin en terrasses
    • et le jardin clos.

    Les moines qui y vivent font l’aumône grâce aux fruits de leur travail. On brasse la bière à Saint-Rémy depuis le 16ème siècle, comme l’attestent des documents d’archives. En 1952, la brasserie a été modernisée tout en maintenant la production dans des limites fixées d’après les vrais besoins. Grâce à un travail assidu et consciencieux, les moines assurent à leur communauté une base économique stable qui lui permet de remplir son rôle spirituel.

    Des travaux ont rendu peu à peu à l’abbaye l’austère simplicité propre à l’esprit de Cîteaux et de saint Bernard. Dans les pages suivantes, découvrons les travaux de restauration de l’église abbatiale entrepris depuis 1991.

    Le roman de l'église

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort   L'église de l'abbaye avant sa transformation

     

     

     

     

     

      

     * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    Les premiers travaux dans l'église en octobre 1991

     

    Travaux de rénovation du chœur et de la nef

     * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

     

     

            

     

               

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    Travaux de rénovation dans la nef

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

                    

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

     

           Dégagement et rénovation de la charpente

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

     

     

     

     

     

        

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    Rénovation des murs de la nef

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

     

     

     

     

     

     

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    Premiers travaux dans l’église

     

     

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    Blason de Dom Anselme Judong, prieur de 1887 à 1908 (?)

     

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

    Blason de Dom Henri Kuypers, abbé de 1912 à 1948 

     

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort 

     

     

     

     

    * L’abbaye Saint-Rémy à Rochefort

     

    Des ouvriers sur le chantier

     A. B.

    Pour suivre : Visite de l'église abbatiale, en photos : ICI

    Pour suivre : Les Cisterciens et les Trappistes : ICI

    Notes :  

    [1] L’ordre des Cisterciens a été fondé en 1098 (Cîteaux). Comme les Bénédictins, ils se rattachent à la règle de saint Benoît.

    [2] Loi du 15 fructidor an IV (1er septembre 1796), à Rochefort, fut également supprimé le couvent des Carmélites (expulsées le 10 janvier 1797). Lamotte nous donne les noms de quelques chanoines de Saint-Rémy : Armand Delpierre, ex-abbé, qui mourut doyen à Rochefort, Charles Lambert, H. Sante qui fut plus tard vicaire à Chanly, Marquet, Dedave et Saive. En mars 1781, les moines et leur abbé avaient obtenu leur sécularisation et constitution en chapitre de chanoines.

    [3] Il s’agit de l’« Ordre de la Stricte Observance »,  ou Cisterciens réformés. Au début du 17ème siècle, l'ordre cistercien se scinde en deux : les Cisterciens de la Commune Observance et les Cisterciens réformés. C'est à partir de 1892 que se regroupent les trois congrégations de la Stricte Observance pour former un ordre indépendant.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique