• Une belle promenade autour de Herseaux centre :

    Le sentier de Herseaux

    Ce lundi 12 et ce mercredi 14 février 2018, profitant d'un ciel serein, j'ai découvert le sentier « Nature et Patrimoine » d’Herseaux.

    Herseaux est un village idéal pour les balades champêtres.

     *

    Photo personnelle A.B.

    Les renseignements concernant cette promenade (en teinte rose sur la carte ci-dessus) se trouvent contre un des murs de l'église Saint-Maur, au centre du village.

     *

    Photo personnelle A.B.

    De nombreuses fermes sont encore présentes aujourd’hui le long de ce chemin de promenade.

    Située à mi-chemin entre Wattrelos et Mouscron, la « Ferme Dumortier » aussi appelée « Ferme de la Roussellerie » est une exploitation agricole occupée par la famille Dumortier depuis deux générations.

     *

    Photo personnelles A.B

    C'est en 1969 que cette ferme s'est progressivement convertie à l'agriculture biologique et la vente directe. Un magasin spécialisé dans la vente de produits issus de l’agriculture biologique est implanté dans la cour de la ferme. (Adresse : rue de la Roussellerie, 101 à 7712 Herseaux).

     *   *

    Photos personnelles A.B.

    Ses exploitants ont noué des partenariats avec de nombreux producteurs locaux, qui conformément à leur philosophie, gèrent leurs exploitations dans le respect de la nature et contribuent à la sauvegarde des paysages et à la qualité des milieux. Ainsi, outre les produits fermiers et biologiques de leurs exploitations agricoles, les fermiers proposent également un large éventail de produits locaux, soigneusement sélectionnés.

    Dans leurs étalages sont exposés :

    • des produits de la ferme : de la farine de blé (complète, tamisée à 80%, tamisée à 60%), des céréales fourragères (triticale, féverole), des céréales panifiables (froment, seigle, épeautre), des pommes de terre (Agria, Charlotte, Désirée), des œufs, du maïs…
    • des produits d’autres producteurs : des produits laitiers (lait, beurre, fromage, yogourt,…), des fruits et légumes de saisons, du pain, des volailles (tous les 15 jours) et des boissons diverses (jus, vins, bière, Limomiel,…).

     

    Un peu plus loin sur le même sentier d’Herseaux, une seconde ferme nommée « la Cense des Drumes » a été remaniée récemment. Le fronton de son porche est remarquable. C’est une demeure privée.

     *   *

     Photos personnelles A.B.

    Enfin, l’ancien Château d’Herseaux, devenu aujourd’hui une ferme et la Chapelle Notre-Dame font aussi partie de ce circuit.

    D'après le Chanoine Antoine Sanderus d'Ypres, dans son oeuvre "Flandria Illustrada" datant de 1644, un château-fort fut édifié à Herseaux. Il est encore possible de percevoir quelques minces vestiges aujourd'hui rue de l'Ancien Château dans le quartier "Herseaux Gare". Au début du 20ème siècle, le site était encore évocateur et la cense gardait encore un peu son aspect seigneurial. Un magnifique fronton surmontait le porche et représentait les armoiries sculptées de la famille Preud'homme d'Hailly, dernier seigneur d'Herseaux. Malheureusement comme il menaçait de s'écrouler il fut démoli après la guerre 1914-18. Aujourd'hui l'extérieur se banalise et se fond dans le paysage.

      *   *   *

    Photos du web

     *  

    Chapelle Notre-Dame (Photo personnelle A.B.)

    Le sentier d'Herseaux, d’une longueur de 7,5 km, démarre à l’église d’Herseaux place (Saint-Maur), puis déambule dans la campagne herseautoise.

     *

      *   *

    Photos personnelles A.B.  -  En point de mire sur les trois photos : l'Eglise Saint-Maur

    Il passe à proximité de plusieurs lieux remarquables tels que la courte ligne ferroviaire internationale qui reliait la gare de Roubaix à celle de Wattrelos et rejoignait la gare de Herseaux au-delà de la frontière franco-belge. De l'ancienne voie de chemin de fer Herseaux-gare / Gare du Pile (à Roubaix) et qui passait à la "Broche de Fer", il nous reste cette maison de garde-barrière et le talus de la voie :

      *   *

    Au loin : le Parc du Lion à Wattrelos (France)

     *

    Photo du web (Le blog de JEANM)

    Le sentier longe de nombreux terrains agricoles…

      *   *

                                        Au loin : l'Eglise Saint-Maur                                                                Au loin : l'Eglise Saint-Jean-Baptiste

      *   *

    Photos personnelles A.B.

    …. mais croise aussi quelques fois la ligne de chemin de fer Tournai – Mouscron.

      *   *

     *   *

    Photos personnelles A.B.

    Au gré de ce sentier, il est possible – surtout en été – d’y découvrir également une partie de la faune et la flore de notre région.

    Des brochures explicatives et des plans sont disponibles soit à la Maison du Tourisme, soit à la Cellule Environnement.

    A. B.

     

    Références :

    https://www.visitmouscron.be/decouvrir-mouscron/balades-dans-lentite/

    https://www.ferme-roussellerie.be/produits-bio/

    https://www.visitwapi.be/saveurs-terroir/les-producteurs/ferme-de-la-roussellerie

    http://www.interbio.be/la-ferme-de-la-roussellerie

    https://www.mouscronnature.be/site-nature/sentiers/

    https://www.mouscronnature.be/site-nature/sentiers/?utm_source=copy&utm_medium=paste&utm_campaign=copypaste&utm_content=https%3A%2F%2Fwww.mouscronnature.be%2Fsite-nature%2Fsentiers%2F

    http://brochedf.canalblog.com/archives/2007/09/26/6333885.html


    3 commentaires
  • Le chantier de « la Route de la Laine » à Mouscron

     Les lenteurs de la construction de la RN 518

     11 mars 2003

    La « Route de la Laine », décidée dans les années 60, prévoyait de relier les pôles de l'industrie textile : Roubaix, Mouscron, Courtrai. La ville flamande y renoncera entre-temps. L'intérêt pour la N 518 restera pourtant entier pour les zones économiques wallonnes et françaises qui se sont développées en lumière d'elle.

    D'un côté, il y a Tourcoing, ses versants industriels vers Roubaix, et quatre bandes de route encore vierges arrivées au rendez-vous avec le plat pays. De l'autre, Mouscron et ses zonings, l'autre moitié de la N 518 qui tend ses bras de bitume vers la France... Entre les deux, un tronçon entier de terre. La longueur de voirie wallonne inachevée, depuis le début des années 90, est infime : 150 mètres. Le ministère de l'Équipement et des Transports (MET) n'avait plus de fonds pour terminer la route entamée depuis 1988, ce qui fut moins gênant à l'époque puisque les Français à cet égard n'avaient pas encore avancé d'un centimètre. Mais, vers 1995, ceux-ci sont arrivés avec la RN 518 à Tourcoing.

    Source : http://www.lesoir.be/archive/recup/%25252Fmouscron-la-n518-rejoignant-tourcoing-est-attendue-la-r_t-20030311-Z0MX56.html

    Le printemps 2003 aurait dû mettre fin à l'attente prolongée : 815 000 euros avaient été débloqués par le MET et, si le temps était clément, la société Tramo était prête à ouvrir le chantier en avril, avec construction de rond-point à la clef. Le pas pouvait sembler anecdotique quand on sait que, sur la même route, vers le centre de Mouscron, un maillon de quelque trois kilomètres devait encore être comblé. Dans l'immédiat, le petit tronçon faciliterait les liaisons entre les zonings voisins de Tourcoing et de Mouscron, c'est-à-dire ceux du Blanc Ballot et de la Martinoire, expliquait Raoul Dumont, ingénieur au MET. Les automobilistes français pourraient aussi plus facilement rejoindre Mouscron. Sept millions d'euros devaient encore être réunis pour ériger le chaînon manquant de 3 kilomètres, pièce maîtresse du plan communal de mobilité.

    Mais la circulation de la N 518 qui ne se limite pas à ces trajets, et qui dépend par exemple de l'A17 (Courtrai - Tournai) verra toujours son itinéraire interrompu à hauteur du centre de Mouscron (Cf. l’ouvrage d’art à construire au niveau de la chaussée entre Herseaux et Luingne). Les automobilistes sont alors obligés de bifurquer par le quartier de la gare, où le trafic est plus dense.

    Mars 2003 : Etude de rentabilité de la « Route de la Laine »

    Un mercredi d’octobre 2003, l'Echevin de la Mobilité, Damien Yzerbyt, a présenté l'étude de rentabilité de la RN 518, plus connue sous le nom de « Route de la Laine », dont l'achèvement était jugé prioritaire par les autorités communales. Celle-ci devrait permettre de désenclaver le zoning de la Martinoire et de détourner l'important trafic de camions (1.500 par jour) qui passe actuellement par le quartier de la gare.

    Le dossier de financement, qui est estimé à 52 millions d'euros, a été introduit auprès de la Sofico, l'organisme qui a permis financièrement l'achèvement des ascenseurs de Stépy-Bracqueny.

    «La Sofico est une société publique chargée de résoudre le problème des chaînons manquants et des goulets d'étranglement en Wallonie. Celle-ci est au service de la Région wallonne. La banque européenne est également représentée au sein de cet organisme», a expliqué Damien Yzerbyt, en guise de préambule.

    En effet, le projet présenté ce jour entre dans un cadre transfrontalier global. Actuellement, la partie de la RN 518 déjà construite s'arrête nette au bout du zoning de la Martinoire.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

     

    Photo empruntée sur Internet

    A ce moment, il manquait 60 mètres de route pour que cet axe soit relié à la France. Les travaux, estimés à 743 680 euros, comprenaient l'installation d'un rond-point et l'achèvement de la liaison. Ils devraient débuter après les vacances de Pâques 2003 et le Ministre Daerden avait promis à Jean-Pierre Detremmerie qu'ils seraient terminés pour son anniversaire en octobre 2003 !

    Des caisses vides

    Par contre, il manquait encore quelques kilomètres de voirie pour que cette fameuse « Route de la Laine » soit reliée à la RN 58, plus connue sous le nom de route express. Et c'est là que le bât blessait, puisqu'il n'y ait plus d'argent dans les caisses de la Région wallonne pour terminer cette liaison ! De plus, la partie existante de la « Route de la Laine » avait été construite sur deux bandes, ce qui était jugé insuffisant pour absorber le trafic attendu.

    L'autre problème concernait aussi l'achèvement de la RN 511. Si les budgets existaient pour l'achèvement des travaux du Pont Tunnel, il manquait 600 mètres de voirie à l'autre extrémité pour que cette liaison soit totalement opérante. Le coût de cette construction était estimé à 19 millions d'euros. Enfin, les travaux prévus dans le cadre du plan de mobilité, pour requalifier les axes mouscronnois, étaient estimés à 140 millions d'euros. Trouver l'argent était, bien sûr, le nerf de la guerre !

    © La Dernière Heure 2003 (Article publié le jeudi 27 mars 2003)

    Source : http://www.dhnet.be/archive/rn-518-le-chainon-qui-manque-51b84518e4b0de6db9a21465 

     

    Une route nationale frontalière inachevée depuis plus de dix ans côté belge !

    Dix ans après l’ouverture de la liaison Wattrelos-Mouscron côté français, le boulevard de l’Eurozone, côté belge, demeure en friche ! La région wallonne pourrait bien perdre 2 millions d’euros de fonds européens !

    C’était il y a dix ans

    En février 2004, la « Route de la Laine », reliant Roubaix, Tourcoing et Wattrelos à Mouscron, était inaugurée en grande pompe. Dominique Baert, déjà maire, allait jusqu’à enlever les barrières lui-même pour libérer les boulevards de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité. Les portes du Royaume de Belgique, dont les représentants brillaient ce jour-là par leur absence, étaient enfin ouvertes ! Pourtant, passée la frontière, le boulevard de l’Eurozone s’interrompait deux kilomètres plus loin.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

     

    Photo empruntée sur Internet

    Depuis ? C’est simple : rien n’a bougé, ou presque, côté belge ! Cette route qui doit partir du rond-point du boulevard de l’Eurozone, passer par la chaussée de Luingne et arriver au rond-point situé près du Marché international mouscronnois, est encore et toujours en travaux. La route nationale belge 518 est donc en friche. « C’est un gros dossier. On fait le forcing pour pouvoir continuer à avancer et en finir avec cette route », soulignait Marie-Hélène Vanelstraete, Echevine de la Mobilité pour l’entité de Mouscron en 2014.

    Date-butoir

    D’autant qu’une date-butoir avait été fixée : le 31 décembre 2015. «  Les travaux doivent être terminés pour fin 2015. C’est impératif, sinon on pourrait devoir rembourser les subventions à l’Europe  », poursuivait l’échevine. Le fonds FEDER avait déjà versé 40 % des 3,8 millions d’euros engagés dans les travaux, les 60 % restant étant à la charge de la Région wallonne. Restaient 4,4 millions d’euros de travaux estimés, toujours financés à hauteur de 40 % par le fonds FEDER 2007-2013. En clair, si les travaux n’étaient pas engagés avant décembre 2015, deux millions d’euros seraient perdus pour ce projet.

    Mais l’avancée des travaux se heurtait encore à un problème de taille : « Il manque des sous pour le fameux ouvrage d’art qui doit passer au niveau de la chaussée de Luingne ». Car un rond-point tunnel était prévu à cette intersection. Un endroit important car le trafic entre Herseaux et Luingne passe inévitablement par là. « Comme le Service Public de Wallonie (SPW) n’a pas d’argent pour ça, il aimerait qu’on mette la route en circulation sans l’ouvrage d’art. Mais je ne peux même pas l’imaginer. J’espère qu’on y arrivera, sinon ça risque de rendre le travail fait inutile », note l’Échevine. 

    Au SPW, on met en avant le fait qu’une grosse enveloppe a été débloquée pour rénover les voiries de la région wallonne, permettant de réaliser plus de 300 chantiers de réfection en cinq ans. La zone frontalière ne serait simplement pas en haut des priorités.

    En attendant, la route nationale belge 518, en l’état, n’est pas elle si inutile qu’on pourrait le penser. En mars 2013, elle a servi de cadre à un exercice géant de secours transfrontalier, mobilisant 300 pompiers, policiers et médecins français et belges. Comble de l’histoire, le test s’inscrivait dans le cadre d’un projet européen INTERREG V !

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

     

    Photo empruntée sur Internet

     

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Photo empruntée sur Internet

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Photo A. B. (12 février 2018)

    Source : http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup/region/wattrelos-cote-belge-une-route-nationale-frontaliere-ia24b58801n2186618

     

    Août 2010 : Reprise du chantier de « la Route de la laine » à Mouscron

    Le jeudi 19 août 2010, les engins ont repris le travail sur la RN 518 entre Roubaix et Courtrai, un tronçon dont les Mouscronnois attendent la réalisation depuis de nombreuses années pour être débarrassés des poids lourds qui traversaient le quartier de la gare.

    Ce chantier est en fait la liaison entre les deux réseaux autoroutiers français et belge via l’A17 avec en plus, un contournement de la gare.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

     

    Photo empruntée sur Internet

    C’est la société TRBA qui effectue les travaux de terrassement, une société qui a dû composer avec les doléances des riverains qui, début juillet 2010, ont déploré la fréquence des passages des camions sur la chaussée de Luingne, le bruit généré par ceux-ci et la poussière qu’ils dégageaient.

    Résultat : ces camions empruntent aujourd’hui un autre itinéraire et selon des modalités bien précises de chargement.

    Source : https://www.rtbf.be/info/regions/detail_reprise-du-chantier-de-la-route-de-la-laine-a-mouscron?id=4944813

     

    Mouscron : la suite des travaux de la « Route de la Laine », ce sera en 2014.

    26 novembre 2013

    Voilà plus de 40 ans qu’on en parle et trois ans que les travaux de la RN 518, appelée « Route de la Laine », ont débuté et il n’est toujours pas possible de rouler sur cette voirie. Alors qu’est-ce qui cloche ? Quand sera-t-elle terminée ? Quel est le calendrier ? Apparemment, les travaux reprendront en 2014.

    La « Route de la Laine » est une voirie qui reliera la France à la Flandre en traversant Mouscron. Cela permettra de fluidifier le trafic de la cité des Hurlus. Elle assurera une nouvelle desserte de la ville par le sud et en particulier à la zone d’activité économique de la Martinoire à la frontière française.

    La nouvelle route partira du rond-point du boulevard de l’Eurozone, elle se dirigera ensuite vers Herseaux en coupant les rues du Bornoville et des Bas Fossés. Ensuite, elle traversera la chaussée de Luingne, la rue de l’Epeule, la rue de la Barberie et la rue d’En Bas avant de rejoindre le rond-point du Marché international mouscronnois, et de se diriger vers la Flandre.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

     

    Photo empruntée sur Internet

    Le chantier est géré par le SPW (Service Public de Wallonie). « Les premières phases sont terminées », commente Stéphanie Wilmet, porte-parole du « SPW routes ». « Pour le moment, nous étudions le dernier phasage. Nous évoquons les matériaux à utiliser ainsi que les aspects techniques ». Cette dernière phase concerne la partie au milieu de la future route, c’est-à-dire entre la chaussée de Luingne et le rond-point du Marché international mouscronnois. Ce sera la toute dernière phase des travaux de cette route. « L’adjudication se fera lors du 1er trimestre 2014. Ensuite, il faudra lancer un appel d’offres. Nous espérons débuter les travaux aux alentours du mois d’août ». Cette RN 518 est subsidiée en partie par le fonds Feder (un fonds européen). Il faut que le chantier soit absolument terminé pour fin 2015. Toutes les expropriations ont été réalisées. Un rond-point tunnel, dans le même style que celui qui se trouve près des Dauphins, sera érigé à la jonction avec la chaussée de Luingne lors de la dernière phase, entre août 2014 et fin 2015.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Ce que pourrait être l'ouvrage d'art tant attendu

    Source : Home Sudinfo – Article publié le mardi 26 novembre 2013

    http://www.sudinfo.be/archive/recup/867564/article/regions/mouscron/actualite/2013-11-26/mouscron-la-suite-des-travaux-de-la-route-de-la-laine-ce-sera-en-2014#

    Un an de retard pour la « Route de la Laine »

    22 mars 2017

    Non la « Route de la Laine » n’est pas abandonnée. Si certains passants ou riverains peuvent le penser parfois en circulant à proximité de la future « Route de la Laine », les travaux sont toujours en cours. Cependant, avec un retard d’environ un an.

    En février 2016, on espérait que les travaux se terminent durant l’année 2017. Malheureusement, ça ne sera pas le cas, car les travaux ont pris du retard. Cependant, le chantier est bien sur les rails.

    « Les travaux de voiries sont terminés », reprend directement l’échevine. « Le pont-giratoire, au carrefour avec la chaussée de Luingne, reste encore à faire. C’est le plus gros élément encore à effectuer. » Il s’agira bien d’un pont-giratoire, c’est-à-dire qu’on verra la RN 518 passer en-dessous du rond-point, un peu comme à l’entrée d’Estaimpuis avec le chemin de fer. « Les travaux du pont-giratoire devraient pouvoir débuter entre octobre et décembre 2017. Les travaux vont durer un an. » Durant les travaux, il sera possible de contourner via les bretelles d’accès à la RN 518 et de remonter sur la chaussée de Luingne.

    Source : Article publié le mercredi 22 mars 2017 dans Sudinfo.be

    http://www.sudinfo.be/archive/recup/1811873/article/2017-03-21/un-an-de-retard-pour-la-route-de-la-laine 

    25 juin 2015 sur Notélé

    Les travaux de la RN 518 (dite « Route de la Laine ») ont repris voici quelques jours. Réalisés en site propre, ils n’ont jusqu’à présent pas engendré de modification de circulation mais la situation va changer à partir du lundi 29 juin 2015 avec la poursuite du chantier.

    En effet, certaines voiries seront coupées. Des voiries de remembrement (piétons/cyclistes et/ou automobiles, selon les cas) seront aménagées. Le détail de ces changements apparaît sur les plans ci-dessous.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

     

    Plan empruntés sur Internet

    Source https://www.notele.be/list70-les-reportages-de-notele-sur-l-entite-de-mouscron-media36824-route-de-la-laine-circulation-perturbee.html

     

    En sa séance du 22 mai 2008, le Gouvernement wallon a approuvé le projet d’achèvement de la RN 518 et la liaison à l’autoroute A 17. Ce projet d’un montant de 8,3 millions d’euros bénéficie, pour 40% du montant, du soutien financier de la Programmation 2007 – 2013 des Fonds structurels européens (FEDER) – Programme « Convergence ».

    La réalisation de cette liaison vise à permettre aux industries implantées dans les zones d’activités de Mouscron d’accéder plus aisément aux réseaux routiers belges et français.

    Dans le cadre de ce dossier, un pont-giratoire doit prendre place au carrefour entre la RN 518 et la chaussée de Luingne. Cet ouvrage est indispensable afin de faire face aux impératifs de la mobilité mouscronnoise. Sans lui, les autorités locales, commune et police, ne peuvent envisager l’ouverture à la circulation de la « Route de la Laine ». Cependant le projet de pont-giratoire n’entre pas dans le projet FEDER et doit donc être financé par les seules finances régionales.

    Or les dernières dépenses éligibles aux aides européennes doivent être engagées pour le 31/12/2015 et la mise en service doit être réalisée pour le 31/12/2017 au plus tard.

    On le voit la concrétisation de ces deux dossiers est étroitement liée. Il est impératif que l’ouvrage d’art soit réalisé pour le 31/12/2017 sous peine de perdre les aides européennes.

    Dans un courrier adressé à Monsieur le Ministre Maxime Prévot, la Députée M. Vandorpe lui demande de faire le point sur l’état du dossier. Elle se demande aussi si le SPW Routes de Mons, en charge du suivi du dossier, a bien inscrit la réalisation du pont-giratoire à l’agenda de ces travaux ; s’il dispose d’une estimation du coût du chantier et si celui-ci pourra être réalisé dans les temps.

    Dans sa réponse, le Ministre M. Prévot se veut rassurant : la « Route de la Laine » constitue bien une des priorités pour le développement socioéconomique de la Wallonie. Le Ministre donne des éléments précis de réponses.

    La proposition de mise en adjudication des travaux est à présent réalisée – c'est donc une bonne nouvelle – et la publication auprès des soumissionnaires éventuels n’était plus qu’une question de jours. Les estimations du montant de ces travaux ne pouvaient être données afin de préserver la concurrence des soumissionnaires.

    Le Ministre confirme que le chantier démarrera en 2015 et que le délai fatidique de la rentrée des factures liées au cofinancement européen, en date du 31 décembre de la même année, reste d'application. Pour ce qui concerne le pont, pour lequel la mise en adjudication devrait se faire dans un second temps – et ce pour des raisons techniques – il faudrait envisager la réservation de crédits budgétaires dans les années ultérieures. Il est beaucoup plus raisonnable de considérer que la réalisation de cet ouvrage d'art devrait s'envisager plutôt à l'horizon 2016 ou 2017.

    La Députée M. Vandorpe a exprimé sa satisfaction en ce qui concerne sa première question, d'avoir une réponse en partie positive. Néanmoins, elle estimait absolument nécessaire que l'on porte une attention particulière pour s'assurer que ce rondpoint soit terminé pour 2017. Cela coupe réellement la commune en deux si l'on ne réalise pas ce rond-point. Des solutions avaient été proposées par le SPW disant « on va faire des bretelles ou autres », mais c'est vraiment impensable en matière de mobilité à Mouscron. Il fallait absolument que ces crédits soient prévus le plus rapidement possible.

    Source : http://www.cdh-wallonie.be/notre-action-au-pw/questions-orales/l2019achevement-de-la-route-de-la-laine

     

    « Route de la laine » : quid du chantier ?

    Petit à petit, la RN 518 fait son lit. Les ouvriers besognent en de nombreux points de ce tronçon en gestation sur les cartes depuis… la Seconde guerre mondiale au moins.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Photo empruntée sur Internet

    « Le Ministre Prévot a bien été conscient que cela devenait court en terme de timing et qu’il fallait accélérer les choses. La demande de permis a été déposée. Ce sera la dernière étape du chantier avant l’ouverture prévue courant 2017» détaille l’Échevine de la Mobilité, Marie-Hélène Vanelstraete, en compagnie de Sandrine Ecrepont, ingénieure civile devenue récemment sa responsable du service Voiries et Mobilité.

    Extrait de « LE COURRIER – Thomas TURILLON – 29 janvier 2015 »

    Source : http://www.mariehelenevanelstraete.be/route-de-la-laine-quid-du-chantier/  

     

    Au cœur du chantier de la « Route de la Laine » en 2016

    Le chantier de la « Route de la Laine » continue. Et cette fois, il est lancé pour de bon. En effet, le pont-giratoire qui va être érigé à l’intersection entre la future « Route de la Laine » et la chaussée de Luingne a été budgétisé dans le plan infrastructure du gouvernement wallon.

    Visitons ce chantier dont les travaux doivent se terminer dans le courant de l’année 2017.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518  * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Photo A. B. (12 février 2018)

    Depuis plusieurs mois, le chantier de la « Route de la Laine », ou RN 518, a repris. Une reprise cette fois définitive avec l’objectif d’aller au bout de ce chantier. Cette fois, toutes les étapes sont budgétisées. C’est également le cas du futur pont-giratoire qui se trouvera à l’intersection de la « Route de la Laine » et de la chaussée de Luingne. Il a été budgétisé par la ministre wallon Prévot dans le plan infrastructures, à hauteur de 1,4 millions d’euros.

    Si c’est le SPW (Service Public de Wallonie) qui gère le chantier, la ville de Mouscron reste évidemment très attentive à l’évolution du chantier. « Au début, nous avons eu pas mal de réactions de la part des riverains. Nous nous sommes déplacés plusieurs fois sur le chantier. Nous avons modifié certaines choses également », expliquent Marie-Hélène Vanelstraete, échevine de la Mobilité, et Sandrine Ecrepont, responsable des services Voiries et Mobilité. « Au niveau des réalisations déjà effectuées, tous les chemins de remembrement ont été réalisés, sauf un seul qui doit rejoindre le rond-point du Haureu et la rue d’En-Haut. Un terrain doit encore être acquis de ce côté-là », indique Marie-Hélène Vanelstraete. Cette semaine, la société qui entreprend les travaux était en congé. Tout reprendra normalement à partir de lundi. La société effectue aussi quelques tests au niveau du sol en ce moment.

    Les travaux continuent et la route ne sera pas ouverte à la circulation avant la mise en œuvre du pont-giratoire à hauteur de la chaussée de Luingne. Tout doit être terminé pour le courant de l’année 2017.

    Des sortes de bassins d’orage seront également prévues entre le rond-point de l’Eurozone et celui de la Martinoire. « Une étude d’Ipalle a montré qu’il fallait en aménager », souligne Sandrine Ecrepont. Voilà pourquoi les arbres ont été abattus du côté de l’entreprise « Trait d’Union ». Des inondations avaient régulièrement lieu du côté de la ferme Libbrecht.

    NORD ECLAIR – Y.C. – 13 février 2016

    Source http://www.mariehelenevanelstraete.be/au-coeur-du-chantier-de-la-route-de-la-laine/

     

    Mardi 09 janvier 2018 - Notélé

    Route de la laine : le SPW installe une pompe pour assécher le chantier.

    Depuis un mois, les habitants du quartier l’appellent « le lac de la laine ». Le chantier de la RN 518 aux abords de la chaussée de Luingne est complètement sous eau depuis le début du mois de décembre.

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Photo de Marie-Hélène Vanelstraete

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Photo empruntée sur Internet

     * Le chantier de la "Route de la Laine" - RN 518

    Photo A. B. (12 février 2018)

    Les riverains craignent que l’eau ne finisse par atteindre les habitations et certains se plaignent déjà de problèmes d’humidité. Lors du dernier conseil communal, les autorités communales avaient annoncé l’installation d’une pompe par le SPW, que les habitants du quartier n’ont jamais vu arriver. Mésentente ! En réalité, la pompe a bel et bien été installée le mois dernier, mais de l’autre côté de la chaussée, près du pont du chemin de fer ! Le SPW l’a fait déplacer pour la rapprocher des habitations et assécher le chantier. Les travaux de construction du pont giratoire sur la chaussée de Luingne, dernier chaînon de la future nationale, sont annoncés au printemps de cette année 2018.

    Source : http://www.vivreici.be/article/detail_route-de-la-laine-le-spw-installe-une-pompe-pour-assecher-le-chantier?id=153854

     

    En février 2018, les travaux de réalisation du pont giratoire sur la chaussée de Luingne n’ont toujours pas débuté. Le chantier de la RN 518 aux abords immédiats de la chaussée de Luingne est toujours régulièrement envahi par l’eau lors de fortes pluies.

    Voilà où nous en sommes !

    Synthèse de plusieurs articles de presse !

    A. B. 

     


    3 commentaires
  • Un beau sentier à Dottignies

    Ce samedi 10 février 2018, profitant d'une belle journée ensoleillée, j'ai découvert le sentier "Nature et Patrimoine" de Dottignies, à quelques pas de la frontière avec la région flamande.

     * Dottignies

     * Un beau sentier à Dottignies

    Les renseignements concernant cette promenade (en teinte orangée sur la carte ci-dessus) se trouvent contre un des murs de l'église St Léger, place de la Main à  Dottignies.

    La ballade est assez bien fléchée. Elle débute rue des Volontaires de Guerre, artère bordée de quelques jolies maisons.

    La promenade commence à devenir intéressante lorsque cette première rue se prolonge par la rue de la Haverie.

     * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies

    Tout au long de cette promenade entre des terres agricoles en passant devant la ferme Defossez et la ferme de la Haverie, le chemin est toujours bien praticable et asphalté.

     * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies

    Ferme de la Haverie

    Datant de la fin du 17ème siècle, la "Haverie", plus vieille ferme de Dottignies, a perdu beaucoup de son pittoresque avec le comblement de ses douves, il y a quelques années.

    L'itinéraire de la promenade se prolonge ici par la rue de la Sarpe. Il croise une jolie petite rivière, affluent de l'Escaut tout proche.

     * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies

    Géographiquement, Dottignies fait partie de la Wallonie picarde. Mais ici, la promenade longe à présent le frontière linguistique (en rose sur la carte ci-dessus). Sur la droite, c'est la Flandre occidentale !

      * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies

      * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies

    Nous voici déjà à la moitié de la promenade. J'ai déjà marché pendant 3/4 d'heure !

    J'aperçois l'objectif : le retour au village de Dottignies, dominé par le clocher de l'église St Léger.

     

     * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies

    Au loin j'aperçois encore le Mont de l'Enclus traversé par la frontière entre nos deux régions.

     * Un beau sentier à Dottignies

    Avant de retrouver le centre du village de Dottignies, le chemin croise à nouveau la rivière "La Grande Espierres" à proximité du Domaine du Ronceval.

      * Un beau sentier à Dottignies  * Un beau sentier à Dottignies

    Conclusion :

    Riche et vaste, la campagne dotignienne mérite d'être mieux connue et appréciée.

    Cette balade pédestre emprunte les routes du village ainsi que des chemins champêtres. Elle m'a permis d'admirer le double visage du magnifique village de Dottignies. Sur ce chemin j'ai pu croiser des fermes admirables. En été, je pense que ce sera aussi un endroit fabuleux pour découvrir une faune et une flore d’exception. Le guide topographique de cette superbe promenade contient de nombreuses informations sur la nature et le patrimoine des rues et chemins empruntés.

     * Un beau sentier à Dottignies


    La promenade se termine là où elle avait commencé, à l'église paroissiale Saint-Léger, vaste édifice néo-gothique en briques édifié entre 1910 et 1913.

    A. B. 


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires